© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Mai-Thu Perret,The Adding Machine

Texte de Marika Prévosto


Après une présentation cet été à  l’Argauer Kunsthaus à Aarau en Suisse, l’exposition monographique consacrée à l’artiste Mai-Thu Perret, The Adding Machine, est présentée sous une forme modifiée, au Magasin - Centre National d’art contemporain de Grenoble. Du 9 octobre 2011 au 8 janvier 2012, l’exposition montre dans toute son ampleur les multiples facettes du travail de cette artiste avec des œuvres anciennes et nouvelles créées à cette occasion.


Dès ses débuts en 1999, l’artiste suisse Mai-Thu Perret s’est fait remarquer sur la scène internationale avec The Crystal Frontier, récit autour d’une communauté imaginaire de femmes parties vivre dans le désert du Nouveau-Mexique, dans un lieu fictif appelé New Ponderosa. Depuis dix ans, Mai-Thu Perret poursuit la chronique de cette collectivité. Elle lui attribue une production formelle (objets en céramique, vêtements, décorations festives, objets utilitaires, figures mythologiques) et textuelle (journaux intimes, prospectus) présente dans ses expositions et que l’on retrouve dans ses sculptures, installations, peintures, vidéos et performances.

 

Marquée par les mouvements avant-gardistes du XXe siècle, les projets utopiques et les philosophies orientales, l’œuvre de l’artiste comporte de nombreuses références culturelles, historiques et littéraires. Le cadre narratif utilisé pour son projet à long terme est pour l’artiste « une manière d’interroger l’histoire des avant-gardes modernistes et d’en activer les utopies et les fondements révolutionnaires. » Son œuvre réalisée en 2004, Perpetual Time Clock, est liée au rythme de la vie dans une communauté. Cette horloge géante marque le temps par des symboles qui représentent la routine dans une journée qui structure la vie en communauté.


Les œuvres ultérieures de Mai-Thu Perret s’inspirant de ce grand ensemble de travaux, constituées de narrations impossibles et de mélange de symboles marquants, rassemblent des éléments dispersés dans le temps et forment la matrice de nouvelles histoires, en interrogeant la manière dont les utopies peuvent être réintégrées dans le capitalisme dominant. Le souhait de l’artiste de présenter des œuvres perçues comme reliées entre elles – non isolées – transparaît dans le titre de l’exposition à Aarau et Grenoble, The Adding Machine, qui fait référence à la technique du « cut-up » utilisée par William S. Burroughs. L’ écrivain américain découpait au hasard les pages de ses manuscrits pour ensuite les réarranger à son gré. D’où une structure narrative basée sur les associations, reprise par Mai-Thu Perret : dans ces combinaisons, des relations transversales et des significations nouvelles se dégagent entre les différentes œuvres, sortes de maillons mobiles.


The Adding Machine est également une œuvre propre, reproduction intégrale en mousse de polyuréthane de la sculpture d’un jaguar provenant de la cité préhispanique de Teotihuacan au Mexique. Sa transformation dans un matériau contemporain modifie la lecture de cet objet et pose la question de son passé – sa fonction première – et de son rapport avec le présent, devenu pièce de collection puis d’exposition. Mai-Thu Perret copie et décontextualise cet objet pour ainsi mettre en lumière la tension entre être et apparaître. Cette réflexion sur l’art du passé et sur le fait que l’art n’existe pas indépendamment de l’histoire amène Mai-Thu Perret à utiliser des matériaux délaissés par l’art contemporain comme le tissu, la tapisserie ou des techniques artisanales et traditionnelles comme la céramique.















 

     

     

     

     

     






Exposition du 9 octobre 2011 au 8 janvier 2012. Le Magasin – Centre national d’art contemporain, site Bouchayer-Viallet, 155 cours Berriat – 38000 Grenoble. Tél. : 04 76 21 65 26. Ouverture du mardi au dimanche de 14h à 19h.


  Mai-Thu Perret,The Adding Machine
  Le Magasin, Grenoble
  09.10.2011 - 8.01.2012

Archives expositions personnelles France

Archives expositions personnelles (P-Q)